Témoignages

Finguer  : Ce chat à pu transmettre à sa gardienne que s’il se démangeait très fort était parce qu’il n’aimait pas son corps, il ne supportait pas. En effet il souffrait d’un mal-être psychologique du à son abandon. Depuis qu’il est comprit sa peau est beaucoup plus jolie il est guérit.

Utwo: Un gentil cheval qui a connu des choses traumatisantes. Il a fait comprendre à sa nouvelle gardienne qu’elle était à “l’essai” “avant qu’ils ne se fassent confiance. Depuis tous les deux ont appris à se connaitre et à travailler ensemble. Il y a eu plusieurs communications avec Utwo.

 

 

Cici : Jolie chatte très handicapée à raconté à sa gardienne ce qui lui était arrivé. Elle ne souhaitait plus en parler par la suite. Elle s’est sentie comprend. 

Reglisse : Poney Shetland qui avait peur de beaucoup de choses. Après avoir raconté comment il avait été battu dans un box, se sentant compris, il pu enfin se détendre.

Pâquerette : Petite chatte faisant pipi dans le salon. En discutant avec elle, celle-ci me montre qu’elle ne se sent pas en sécurité chez elle. Elle ne se sent d’ailleurs pas chez elle. Elle voudrait avoir des affaires à elle dans le salon. En parlant avec son “humaine”, je lui explique qu’il serait bien de mettre des jouets ou des dodos dans le salon pour Pâquerette. Son humaine se remet également en question et fait le nécessaire ……. Tout est rentré dans l’ordre depuis.

 Amnéris: Jeune   chatte à demi sauvage recueillie trois ans plutôt, pendant  plusieurs jours  d’affilés. Au bout d’une semaine d’absence, inquiète, je demande à Sylvie de la contacter. Réponse d’Amnéris, très grognon: de toute façon ma gardienne n’est jamais là (vrai  obligée de m’absenter souvent) et d’ailleurs elle n’aime que les chats siamois (vrai aussi!) Du coup, j ‘ J’ai parlé à Amnéris pour la rassurer: elle est revenue et elle ne quitte plus la maison!

 Lilybelle :La communication animal est une approche étonnante qui permet de se mettre en lien avec son animal, même à distance. Nous avons pu ainsi retrouver notre chienne en la guidant dans son errance alors qu elle n avait que 3 mois. Elle s ‘était perdue lors d une promenade avec sa maman dans des bois proches de la maison. Elle n est pas rentrée le soir avec ses sœurs. Il y a avait de la neige car nous étions en février, à 800 m d altitude. Très vite un réseau de personnes en communication animale,comme Sylvie, s est connecté à elle, et l ont guidé vers des maisons habitées et l ont rassuré. Nous l avons enfin retrouvé prés d une habitation vers laquelle elle s était réfugiée, après 2 nuits passées dans le froid. Nous sommes certains que sans cela elle serait restée apeurée dans la foret et que nous ne l aurions sans doute pas retrouvée. Elle va très bien aujourd’hui  et n a aucune séquelle traumatique de cet épisode, les soins suivants ayant servis à ce qu elle transforme ses peurs.”